Le Scouëzec, le plus breton des peintres de Montparnasse

Maurice Le Scouëzec ou l’histoire d’un peintre expressionniste qui avait le goût de l’aventure. Cet homme part comme pilotin sur les mers du monde et débarque, en 1917, à Montparnasse. Il a 36 ans et s’installe dans un atelier au 35, rue Delambre. Il peint les femmes et les gens simples, avant de repartir vers des horizons lointains.

photo-4

Le quartier de Montparnasse, dans les années vingt, vit une période de pleine effervescence artistique : c’est une vraie Ruche, ils sont tous là ! Les Ballets Russes, Chagall, Stravinsky, Picasso, Modigliani, Van Dongen, Soutine, Foujita. Kiki de Montparnasse apparait sur plusieurs toiles du peintre au grand chapeau.

photo-3

De la Coupole à la Rotonde, on retrouve « le groupe des Six », initié par Cocteau et Satie. Radiguet, Marie Laurencin, Apollinaire, Delaunay, Cendrars s’y donnent rendez-vous les samedis … que du beau monde et Le Scouëzec : «  l’homme aux larges épaules », le plus breton des peintres du Montparnasse,  qui mettra le cap vers l’Afrique, Madagascar et posera son sac en 1940, en Bretagne.

photo-5

La puissance de ses toiles est surprenante : on retrouve l’ influence des fauvistes et, dans ses aplats destructurés, on perçoit déjà la peinture des années 50. Ses dessins au trait de fusain font penser à Mathurin Méheut, comme le confirme l’écrivain Henry Le Bal qui consacre un livre au peintre méconnu « Le Scouëzec, Montparnasse », aux éditions Palantines. Cette exposition est un aboutissement. Il faut dire que dans les années 80, naît une forte amitié entre le poète et le fils du peintre, Gwenc’hlan qui vient de découvrir dans le grenier familial,  près de trois mille peintures : huiles, aquarelles, dessins : le plus souvent sur papier.

Ce soir, lors du vernissage en présence de Nolwenn, la petite-fille du peintre, face aux portraits de ses grands-parents- Mathilde et Maurice Le Scouëzec- l’émotion était palpable.

photo-1

Un exposition à découvrir jusqu’au 21 août à la mairie du VIème arrdt, place Saint-Sulpice, à Paris. Ce jour-là, Mathyeu Le Bal, spécialiste des peintres du Montparnasse des années 20, vous proposera une visite commentée des toiles.

A ne pas rater !

Publicités
Cet article a été publié dans Coup de coeur, Voyage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Scouëzec, le plus breton des peintres de Montparnasse

  1. BAUDOIN Philippe dit :

    L’exposition consacrée à Maurice Le SCOUEZEC reçoit un accueil chaleureux par tous les visiteurs dont la plupart le découvre.Effectivement à ne pas rater.
    L’exposition ferme ses portes le 28 août (et non le 21).
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s