Le corps utopique ou il faut tuer le chien !

Comme la vie n’est pas, tous les jours, à mourir de rire ( tiens donc ! ), il est bon d’avoir dans son programme quelques antidotes comme «  Le corps utopique ou il faut tuer le chien » : un petit bijou de drôlerie et de poésie.

C’est la dernière création de Nikolaus Holz – clown-jongleur et philosophe ( à l’origine de son spectacle : un texte sur le corps de Michel Foucault, nous dit-il ). Ce digne héritier de Jacques Tati et de Buster Keaton a eu l’excellente idée de réunir autour de lui plusieurs générations d’artistes circassiens.

21482-corps-utopique-nl-1colonne_1
Tout débute par un colloque sur la sécurité où sont conviés un jeune routard et un colonel de gendarmerie, un professeur et sa secrétaire. Dans ce premier tableau franchement très drôle, le grand plaisir est de voir entrer en scène Pierre Byland, figure de l’histoire du clown et du théâtre, metteur en scène et acteur, qui a joué avec Samuel Beckett ou encore Roger Blin. A plus de 80 ans, son jeu est si juste … Biiieeen ! ( comique de répétition irrésistible ! ).
Sur scène également, deux jeunes circassiens très talentueux : Mehdi Azema acrobate et transformiste ( il signe une gestuelle et un univers bien à lui ). J’avais remarqué la présence ( le bon gros toutou !) en 2013 dans Trétrakaï, le spectacle de fin d’année du CNAC, joué à la Villette; Ode Rosset, brillante acrobate également qui évolue sur le mât chinois.

Dans ce spectacle où l’absurde est roi, Nikolaus continue d’inventer le personnage du clown, ici plus philosophe qu’Auguste … Ce dernier jongle et s’interroge avec des balles rouges qui pourraient être à la fois sa conscience, sa morale, ses fantasmes ?
Il nous dit que le rire est salvateur face au chaos : «  C’est une distance avec soi-même et la condition pour que l’autre existe ». Dans ce spectacle, la magie de la réussite se mêle à l’émotion car quand on rate… on recommence … Toujours avec le sourire, avec les autres plutôt que contre les autres ! Alors, faîtes passer le message !

Bravo à Nikolaus Holz ! Son talent et sa générosité viennent d’être saluer : il a reçu le prix de la SACD Arts du cirque.

A  partir de 6 ans
 : représentations jusqu’au vendredi 29 septembre (relâches les vendredi 22 et lundi 25 septembre) 
durée : 1h30 
salle Jean-Pierre Vernant, 10 place Jean-Jaurès (Métro 9 Mairie de Montreuil)

Publicités
Publié dans Cirque, Coup de coeur | Tagué , , | Laisser un commentaire

Rodolphe Burger, passager du Transsibérien !

Quand, il y a quelques jours, le guitariste et chanteur Rodolphe Burger débarque sur l’île d’Ouessant pour saluer son copain Louis Brigand- professeur de géographie et passionné des îles- ( qui  vient de recevoir, lors du salon du livre insulaire, le Grand Prix des îles du Ponant  ), cela ne laisse personne indifférent !
Si, en plus, ce grand monsieur du rock expérimental, fondateur du groupe Kat Onoma, me demande de lui dédicacer mon récit  » Vertige du Transsibérien «  paru chez Naïve, là, je ne vous cache pas que je suis ravie -ravie, voire de très bonne humeur, comme dirait Blaise Cendrars !
C’est curieux, depuis, la mélodie  de  » Be Bop De Beep »  ne me quitte pas !

Merci Rodolphe Burger, on viendra vous écouter le jeudi 30 novembre sur la scène du Trianon à Paris  ! Alexis Gloaguen poète et fan absolu de jazz et de rock and roll ( assis à mes côtés ) a déjà pris sa place !

photo 1
photo 2
Photo 3

 

Publié dans Coup de coeur, Portrait, Rencontre et signature, Salon du livre de Ouessant, Voyage | Tagué , , , , | 1 commentaire

Le salon du livre d’Ouessant : Pourquoi Pas ?

Pour sa 19 ème édition, le salon international du livre insulaire met le cap sur l’Islande, ses paysages lunaires, ses geysers, ses aurores boréales, ses sources d’eau chaude … et bien sûr ses sagas !  Tout un programme où sera évoqué l’explorateur polaire Jean-Baptiste Charcot et son naufrage, en 1936, dans la baie de Reykjavik, à bord de son Pourquoi pas ?

Auteurs, aventuriers, traducteurs, éditeurs seront présents. Ce salon qui ouvre ses portes dans quelques jours sera également musical puisque Ouessant fête les 100 ans du jazz !  Alors, sortez vos trompinettes ! C’est du 24 au 27 août  et je vous attends pour cette nouvelle édition littéraire so volcanique et tectonique  !

19184135_1425825560788513_1894279849_n

Publié dans Coup de coeur, Rencontre et signature, Salon du livre de Ouessant, Uncategorized, Voyage | Tagué , | Laisser un commentaire

Saint-Briac-sur-mer, à lire dans ArMen

Avis aux amoureux de la Bretagne et des îles ! Dans le dernier numéro de la revue ArMen ( juillet-août 2017 ) qui vient de paraître, je vous emmène à Saint-Briac et sur les îles de mon enfance : Perron et Agot. Récit à lire et à relire.  Bel été à tous !

rob 1

rob 22

219_GLOBAL-1

 

 

Publié dans Coup de coeur, Le bout du monde, Nouvelles parutions, Presse écrite, Voyage | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Des âmes simples

« Des âmes simples », paru aux Editions des Equateurs, est un livre à contre-pied de notre époque qui aime tant ce qui brille : les réussites fulgurantes et les meilleurs profils  car l’auteur nous le dit «  ce qui repousse les caméras, l’attire » . Il faut dire que débuter avec le récit d’un suicide, donne le ton. Et nous voilà au bout de la France,  au coeur des Hautes-Pyrénées, perchés au monastère de Sarrance là où vit un homme, quasiment seul, en vigie sur la vallée d’Aspe, celle de l’ours.

DESAMESSIMPLES

Le temps d’un hiver, l’auteur  Pierre Adrian, va s’installer pour écouter la vallée et marcher aux côtés de  Pierre, frère prémontré et curé depuis 50 ans. Il va tenter de sonder l’inconnu et trouver des réponses auprès de «  ce guide de l’intérieur » aux grands gestes calmes  et à la parole silencieuse.  Protecteur des âmes simples,  cet homme s’est voué tout entier au monastère où il accueille les plus fragiles, les oubliés, les mal-aimés, les vagabonds, des prisonniers en réinsertion. Dans cette fraternité, tout le monde , dans l’enceinte de ce monastère, a sa place : marginaux et utopistes, rêveurs à la Kerouac , vagabonds aux pieds nus.

Grâce à Pierre Adrian, jeune auteur ( né en 1991) nous entendons leurs voix et nous découvrons leurs parcours nous renvoyant aussi à la part la plus chaotique de nous-même. Au pays de Francis Jammes, on regarde aussi circuler les nuages comme des zeppelins, s’enfoncer dans la montagne les orbes du rail ; on s’interroge sur le naufrage de la gare de Canfranc, la plus grande gare d´Europe après Leipzig, et les dégâts sur l’écosystème des stations de sports d’hiver.

Dans ce récit en clair-obscur, on navigue à la marge du monde entre la lumière de ce curé dévoué qui, même si  » les églises se vident et les personnes n’ont plus la foi »   » donne crédit aux hommes jusqu’au bout car nul n’est à l’abri d’être sauvé  » ,  et la vision plus noire et désespérée de l’auteur. Entre les murs du monastère, dans l’écoulement  d’une  vie rustique, on touche à l’éternité et on imagine la montagne qui « prend du poids sous la neige ».  D’un bout à l’autre du récit, on sent toute la douleur et la violence contenues «  l’existence est une foire » nous dit le jeune auteur qui se confie sur un deuil vécu, à peine sorti de l’enfance.

Et si finalement la réponse était là aussi dans l’espérance et la lumière que peuvent apporter les mots et la littérature ?  Magnifique !

 

Publié dans Coup de coeur, Ma petite librairie, Nouvelles parutions | Tagué , , , , | 2 commentaires

Les invisibles, cap sur la Norvège

Dans ma petite librairie, il y a cette semaine : « Les invisibles » un roman norvégien  de Roy Jacobsen, traduit par Alain Gnaedig, et paru dans la collection du monde entier, chez Gallimard. Ce livre nous emmène loin dans le paysage et dans l’histoire de la Norvège du début du XXè siècle.

A17775

L’histoire débute avec Hans Barroy, à la fois pêcheur et paysan, propriétaire d’une île du même nom, et chef de l’unique famille qui vit là. Partout aux alentours des d’îlots, comme des confettis, plantés de peu d’arbres.
On avance dans la lecture à la cadence d’une vie simple, rythmée par les saisons, la pêche et le travail de la terre : qui  est ce qu’il y a  » de plus cher sur ces îles » balayées par le vent polaire. On met le bateau à l’eau, on apprend à ramer, à mailler les filets, on récolte la tourbe qui ressemble à de « gros livres épais et noirs ». On vit avec les grands oiseaux marins et les mouettes dont on mange les oeufs, avec les animaux domestiques comme Gruau le cochon. Le belier a le droit à  son îlot où il mange de l’herbe et du goémon. Pour les eiders, on leur construit de petits abris en pierre pour récupérer le duvet. Bien sûr, il faut se méfier du chat qui, lui, doit redouter l’aigle de mer.

La famille veille l’horizon et le rivage où viennent s’échouer des cadeaux : tonneaux, chanvre, bois flotté et même parfois un arbre entier ainsi que des bouteilles à la mer «  étranges véhicules de manque, d’espoir et de vie inachevée ».

Iles-Lofoten-–-Norvège

La puissance de ce récit tient avant tout à son écriture parcimonieuse et à son ton laconique où sont restitués l’économie de paroles et de gestes ainsi que toute l’âpreté de la vie dans le Nord de la Norvège. L’auteur nous le dit,  dans ce  paysage maritime «  seules les distances mentent ».
Non loin des Lofoten, si «  la mort est une loterie », l’île de Barroy se sombre pas et
on s’émerveille  des aurores boréales qui illuminent le ciel de la nuit polaire. Face aux éléments, on atteint une dimension biblique et on est transporté au coeur du monde où,  un jour, apparaitra une maison pas comme les autres ! Bonne lecture !

Publié dans Coup de coeur, Le bout du monde, Ma petite librairie, Nouvelles parutions, Voyage | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Le Marché De lA pOésie

Avis aux ami(e)s de la poésie ! C’est aujourd’hui à 16h00 l’ouverture du Marché de la poésie qui se déroule place Saint-Sulpice Paris 6ème et à 17h00, l’inauguration officielle de cette 35ème édition, présidée par Jacques Bonnaffé. Plus de 200 éditeurs indépendants sont présents, par uniquement français, et exposent leur production dont des livres d’artistes ! Tout un programme jusque dimanche 11 juin. A tout à l’heure ?

18920778_1558949190806122_7936150824417601981_o

18880060_1559107757456932_363981518923505333_o.jpg

Publié dans Coup de coeur, Rencontre et signature | Tagué , | 1 commentaire