Cap sur Shanghaï !

Et me voilà en route pour Shanghaï où je présenterai mon livre  » Te souviens-tu de Wei ? » , paru avril 2016 aux éditions HongFei Cultures qui raconte un pan méconnu de la Grande Guerre. Entre 1916 et 1918, 140 000 Chinois furent recrutés par les autorités françaises et britanniques pour servir de main-d’oeuvre en arrière des lignes de front.

Je ne pensais pas que ma découverte du cimetière de Nolette, en compagnie de Janine Kotwica, Zaü ainsi que Chun-Liang Yeh et Loïc Jacob, mes éditeurs, me mèneraient jusqu’au lycée français de Shanghaï. De nombreuses rencontres sont prévues avec les élèves : affaire à suivre !

P1220897.jpg

Publié dans Coup de coeur, Grande Guerre 14-18, Le bout du monde, littérature de jeunesse, Nouvelles parutions, Rencontre et signature, Voyage | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Livre Paris, bis

Dimanche dernier, au salon Livre Paris, j’ai eu le plaisir d’animer un échange fort passionnant entre Ericka Bareigts , ministre des Outre-mer  et Françoise Vergès, politologue, militante féministe et spécialiste de l’esclavage, alors que vient de paraître  « Le ventre des femmes », aux éditions Albin Michel.

P1170842.jpg

Occasion de porter un éclairage sur une histoire édifiante et méconnue qui s’est déroulée sur l’île de la Réunion : dans les années 1970, on découvre que  milliers d’avortements, sans consentement, et des stérilisations sont pratiqués par des médecins blancs alors que dans le même temps, en métropole, on interdit l’avortement et on le criminalise. Un procès aura lieu.

Ce scandale prend une tournure politico-financière : les patientes étaient couvertes par l’Assistance Médicale Gratuite et chaque avortement était facturé à la Sécurité Sociale … des centaines de millions de francs ont été ainsi détournés.

P1170876.jpg

Occasion également de développer le concept de  «post – colonialité républicaine» et de la nécessité, selon Françoise Vergès, de dénationaliser le féminisme.

Dans l’après-midi, toujours à l’espace Agora des Outre-mer, belle rencontre avec des auteurs de Saint-Pierre et Miquelon, archipel français aux portes de l’Amérique que j’avais découvert, il y a un an, pour France Inter et la RTS Suisse, à l’occasion des 200 ans du rattachement de ce territoire à la métropole.

De droite à gauche,  Eugène Nicole  professeur de littérature française et spécialiste de Proust, qui continue d’enseigner à New York, Catherine Rosmorduc, originaire des îles de Saint Pierre et Miquelon, petite fille de pêcheur, Daniel Edouard Briand qui a mené une carrière de scientifique à l’Institut Français d’Exploitation de la Mer de l’archipel. Envie de lire et de voyager !

P1170928

 

 

Publié dans Le Salon du Livre de Paris, Nouvelles parutions, Radio, Rencontre et signature, Voyage | Tagué , , , , | 1 commentaire

Livre Paris, c’est parti !

C’est parti pour la 37ème édition du salon Livre Paris qui  ouvre ses portes ce vendredi 24 mars jusqu’au lundi 27 mars inclus.

Dimanche 26 mars, j’y animerai deux rencontres sur l’espace du Ministère des Outre-mer (P11).
 -à 12h15 : dialogue entre Ericka Bareigts, Ministre des Outre-mer, et Françoise Vergès qui vient de publier  » Le ventre des femmes »  aux éditions Albin Michel. Nous aborderons les questions relatives à la condition de la femme ainsi que la relation à la mémoire et à l’histoire, notamment sur l’île de la Réunion.

– à 16h00 : rencontre avec les auteurs  Catherine ROSMORDUC, Eugène NICOLE,  Louis NATIVELLE et Grégory POL pour évoquer  l’Archipel de Saint-Pierre et Miquelon, à travers le thème du voyage et de la découverte.

A très vite,  Porte de Versailles.

Affiche-LP207-vignette

 

 

 

Publié dans Coup de coeur, Le Salon du Livre de Paris, Nouvelles parutions, Rencontre et signature, Voyage | Tagué , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Vanavara, au Festival Spring

Me revoilà côté cirque !

J’avais découvert en début d’année à la Villette la 28ème promotion du Cnac de Châlon-en-Champagne et son spectacle de fin d’année mis en scène par Gaëtan Levêque, virtuose du trampoline et animateur du collectif AOC.

Voilà leur spectacle Vanavara, programmé à Elbeuf dans le cadre du festival Spring avant de partir en tournée.

Immédiatement le ton est donné. Nous sommes plongés dans un monde post- apocalyptique où les derniers survivants apparaissent dans un ballet rampant sur une terre chaotique et désertique.

VANAVARA - 28e promotion du CNAC -

Dans un décor de pierres tombées du ciel et d’arbres dénudés, ce spectacle de cirque contemporain raconte le retour de la vie après la Grande Catastrophe. Il faut se pencher sur la signification du nom Vanavara et de son histoire pour comprendre où les jeunes virtuoses ont puisé leur inspiration. Vanavara est une ville de Sibérie qui a été la victime en 1908 d’un tremblement de terre, suite à la collision d’un corps céleste avec la terre.

Et c’est parti pour un spectacle à l’humeur inquiétante et à l’étrange mélancolie.
Après une ouverture sur un numéro de roue Cyr, les acrobates enchaînent successions de main à main,  jeux de trapèze et  de contorsion au sol.

VANAVARA - 28e promotion du CNAC -

On ne peut pas dire que le sujet prête à la légèreté, mais plus à la pesanteur et au poids du monde, vécus comme un éternel fardeau car on porte à bout de bras son histoire et sa mémoire et si  on chute et on se relève…

VANAVARA - 28e promotion du CNAC -

Les tableaux les plus enthousiasmants sont les chorégraphies qui oscillent entre acrobatie et danse. Ces mouvements de groupe sont comme de grandes vagues d’une rapidité folle et pleine d’énergie où les artistes fusent comme des comètes.

Dans ce monde tellurique, il y a aussi l’apparition plus poétique d’un personnage mi-clown ou encore de ce personnage qui semble se réapproprier le geste de l’écriture, en traçant d’abord les skylines des mégalopes, puis en formant les signes d’une grammaire circassienne.

Vanavara ou si le cirque nous sauvait de la fin du monde !

à Charleville-Mézières du 19 au 31 mars
à Boulazac du 12 au 14 avril 2017.

Crédit photographique à : Christophe Raynaud de Lage

Publié dans Cirque, Coup de coeur | Tagué , , , , | 1 commentaire

Cours toujours ou la Vie rêvée des choses

Aujourd’hui, arrive en librairie  La vie rêvée des choses. Il s’agit de la nouvelle collection de romans jeunesse de la maison d’édition Cours Toujours imaginée par Dominique Brisson qui souhaite associer un objet du Nord de la France,  une courte fiction et un jeu icono-graphique dans un Carnet de curiosités.

Et cela donne un joli livre, très touchant  !  » Angèle ou le syndrome de la wassingue » , écrit par Lucien Suel.

wass

Il y a de l’apesanteur, mais également de la gravité teintée de nostalgie, dans l’écriture limpide et poétique de ce court récit qui puise ses racines dans la réalité à la fois cruelle et tendre de l’enfance. Dans un décor du Nord de la France, entre champs de betteraves et villages aux briques rouges, nous suivons Angèle jeune écolière qui vit avec Pierre son petit frère et ses parents. Un père ouvrier et une mère au foyer. Dans ce récit d’apprentissage, on respire les parfums de la campagne et de la maison, on évolue aux rythmes des rencontres toutes simples d’un quotidien qui s’égrène entre école et  voisinage. Angèle trébuche, se cogne à la vie, glisse, a peur, se reprend, se console auprès de sa mère ou de son grand-père.

Bien vite un drôle de personnage  fait son apparition : la wassingue !  Incontournable, elle virevolte et l’auteur-poète, dans un jeu d’écriture qui rappelle l’Oulipo, la convoque et la met en scène  à chaque nouveau chapitre. Et nous voilà qui voyageons dans le Nord de la France sur ce merveilleux tapis volant !

Wassingue,
Incroyable vaisseau spatial
serpillière de tous les jours, toile que l’on essore comme une voile, que l’on rince comme son visage, que l’on étend et  qui vole au vent avant de ramasser, nettoyer, oublier et renaitre encore.

wsse 2

Bravo pour cette démarche à la fois littéraire et patrimoniale sans oublier le petit cahier de curiosités que l’on trouve  à la fin l’ouvrage. Belle plongée en couleurs, dans des photos et images d’archives !

Cours Toujours que l’on retrouve :

-18 et 19 mars : Salon du livre d’Abbeville

-26 et 27 mars : Livre Paris

Publié dans Coup de coeur, littérature de jeunesse, Ma petite librairie, Nouvelles parutions, Rencontre et signature | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Pierre Bouteiller, set et match !

Quoi qu’il en soit, merci Pierre Bouteiller pour ce bel échange à l’occasion de la carte blanche proposée en décembre 2009 par Longueur d’ondes Festival de la radio et de l’écoute, organisé chaque année à Brest.

P1330520

Il avait été question de la place du reportage dans les programmes radiophoniques, de mon expérience de reporter au long-cours et de mes années de collaboration avec un autre grand nom des ondes, Claude Villers, avec qui vous partagiez au 5ème étage de France Inter des fous rires mémorables ! C’est là que je vous ai croisé la première fois en 1994  alors que vous étiez directeur des programmes de la station et que le vendredi après-midi vous tombiez la veste pour le maillot, que vous troquiez vos mocassins pour des chaussures de tennis !

Votre humour caustique et votre impertinence, pour résumer votre esprit espiègle, étaient  aussi redoutables et vifs qu’un revers croisé de fonds de court. Bien sûr, vous aviez ce même talent pour les répliques vachardes et assassines qui fusaient comme un accord de jazz !

640_imgpal

Après ce week-end brestois, où nous avions arpenté ensemble la rue de Siam et que vous m’aviez parlé de vos années de jeunesse à Compiègne, je vous ai souvent guetté le dimanche soir sur TSF avant de vous saluer une dernière fois aux Etonnants Voyageurs. Merci Pierre pour votre voix et votre élégance, votre exigence aussi, pour cette radio qu’il fallait savoir prendre au bond !

Publié dans Coup de coeur, En archives, Portrait, Radio, Voyage | Tagué , , , | 6 commentaires

Le livre de la mer

« Le livre de la mer ou l’art de pêcher un requin géant à bord d’un canot pneumatique sur une vaste mer au fil de quatre saisons » de Morten A.Stroksnes qui vient de paraitre aux éditions Gallimard, est une merveilleuse plongée dans le grand bleu. Un grand merci à Alain Gnaedig pour sa traduction en français.

A19696.jpg

D’emblée, nous sommes propulsés le long de la côte norvègienne entre Bodo et l’archipel dentelé des Lofoten, là où Edgar A. Poe a situé le fameux Maelström. Ce livre est un coup de coeur car il me fait appareiller de nouveau à bord de l’Hurtigruten ( l’Express-côtier) que j’ai à de nombreuses reprises emprunté, micro en main, bien sûr.

« Le livre de la mer »  est un récit bien documenté sur la vie de la Terre, mais aussi et  surtout sur la faune et la flore maritime. L’auteur, qui ne manque pas d’humour, nous entraine dans un grand voyage au plus profond des abysses où l’on va croiser une multitude d’espèces à commencer par les harengs de Knut Hansum, le camalar géant de Jules Verne,  Moby Dick le cachalot de Melville et le requin du Groenland dont on apprend qu’il peut vivre plus de 500 ans et pourrait donc être né au temps de Martin Luther !

Mal de mer ou pas, on croise le bateau ivre de Rimbaud, on remonte les fjords, on observe les aurores boréales, on touche le cercle polaire arctique et on apprend pourquoi la mer est bleue. Les pages consacrées à la pêche à la baleine ( je ne veux pas y aller comme le dit Prévert ! ) sont passionnantes et rappellent que si la chasse commerciale à la baleine a été interdite en 1986, le Japon, l’Islande  et la Norvège refusent de mettre fin à cette activité. La Norvège chasse en effet une proportion croissante de femelles reproductrices, ce qui pourrait mettre en péril la survie à long terme des baleines de Minke dans l’Atlantique Nord.

On referme ce livre en se disant que de grandes découvertes nous attendent au fond  des océans et qu’il serait plus que temps d’arrêter de les considérer comme une vaste poubelle !

baleine-bleue-1-796x445

Publié dans Coup de coeur, Ma petite librairie, Nouvelles parutions, Uncategorized, Voyage | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire