Viva le Cirque, à l’Université Paul Valéry, à Montpellier

Avis aux amoureux  et amis des circassiens et des circassiennes  !

Du 29 avril au 2 mai s’est déroulé un moment fort dans la vie du Centre de recherche Rirra 21 de l’Université Paul Valéry, à Montpellier 3 : le colloque annuel dédié aux arts du cirque organisé par les programmes « Cirque: histoire, imaginaires, pratiques » et « Pratiques plastiques contemporaines et contre-culture ».

Trois jours de rencontres et d’échanges en collaboration avec la Bibliothèque Universitaire ( qui détient l’un des fonds cirque les plus importants en Europe ), le Théâtre la Vignette et le Centre Culturel Universitaire de l’Université.

Le thème retenu était : «  le cirque des humains et des animaux aux travail ».

Ce fut l’occasion pour Valérie Arrault et Philippe Goudard de proposer un programme dense et de grande qualité qui s’est ouvert par la conférence très remarquée de Jocelyne Porcher « Ce qu’une théorie du travail animal permet de comprendre du cirque ».

S’en sont suivies des communications tout aussi passionnantes allant  » du domptage féminin » à » l’analyse des affiches du Musée du Cirque Alain Frère », à une réflexion sur  » l’espace de l’arène, comme exutoire à la violence » ou encore « le retour du sauvage sur les scènes contemporaines »  ainsi que  » Le bestiaire poétique du clown dans Le Sourire au pied de l’échelle d’Henry Miller dans l’adaptation scénique d’Ivan Morane »…

Trois soirées étaient également proposées au théâtre de la Vignette dont la très émouvante conférence-documentaire de Sandy Sun, trapéziste de renommée internationale. L’artiste s’est livrée à un exercice très personnel se révélant dans sa dimension littéraire et poétique. J’aurai l’occasion de revenir sur son spectacle  intitulé « Trapèze, existence-ciel » où Sandy se raconte à travers ses archives filmiques. Un coup de coeur !

A noter également que jusqu’au 15 mai 2019 sont exposées Hall de la BU Ramon Lull UPVM3 les Photographies de Kathleen Blumenfeld et Agathe Catel : « Humains et animaux au travail au cirque » Montpellier. 

 

 

 

 

Publicités

A propos Gwenaëlle Abolivier

Formée à l’école de Claude Villers, elle présente sur France Inter, pendant près de vingt ans, des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde. « Un ticket pour le transsibérien » , » Le courrier des Marquises « . Plus récemment, elle a écrit des pièces radiophoniques « La nuit en ce jardin », puis se consacre à la littérature de voyage « Heureux qui comme Ulysse » et aux relations épistolaires « Correspondances » ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle « Partir Avec » et « À portée de voix ». Elle continue d’intervenir sur France Inter dans » Interception « , magazine de grands reportages de la rédaction et à la radio suisse RTS. Elle collabore également pour aux revues : Ar Men et Eulalie. Gwenaëlle Abolivier est l’auteure de : -Lettres océanes (Glénat, 2010) – Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde ( À dos d’âne, 2012) – » De Saint-Malo » ( Les petites Allées, 2013 ) – » Ecrire d’amour à 20 ans » ( A dos d’âne, 2014 ) – » Le timbre de l’amitié, lettres de jeunesse » ( A dos d’âne, 2015) – » Tendre est l’écrit » ( A dos d’âne, 2016 ) -Vertige du Transsibérien ( Naïve, avril 2015 ) – » Te souviens-tu de Wei ? » illustré par Zaü ( Hongfei, 2016 ) -« Qui a vu Monsieur Corbu ? » ( Editions Bernard Chauveau, 2016 «
Cet article, publié dans Cirque, Coup de coeur, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s