La Route du Rhum, sur la RTS-La Première, suite

Tendez l’oreille ! Ce mercredi à 15 heures, c’est le deuxième volet consacré à la Route du Rhum, diffusé en direct sur la RTS-La première, dans l’émission A l’abordage  !

Qui sont les amateurs dans la course ? 

ROUTE DU RHUM - DESTINATION GUADELOUPE 2018

Crédit photo : Alexis Courcoux

La Route du Rhum, c’est plusieurs courses en une. Le 4 novembre dernier, à 14h00, ils étaient 123 solitaires à s’élancer sur la ligne de départ, répartis en six catégories accueillant les plus grands pro jusqu’aux plus petits amateurs. Les amateurs représentent 47 % de la flotte.  Je suis allée rencontrer Etienne Hochedé, garagiste à la retraite et François Corre, gérant d’une supérette. Tous deux me racontent leur motivation à participer à cette course aux côtés des plus grands, tel Loïck Peyron vainqueur de la dernière édition. Cette année, il navigue au sextant sur Happy, une réplique de l’Olympus de Mike Birch, arrivé 1er en 1978. En faisant ce choix de rendre hommage aux pionniers de la voile en naviguant comme il y a 40 ans, Loïck Peyron sait qu’il ne peut pas gagner. En 1978 les bateaux allaient trois fois moins vite qu’aujourd’hui. Alors, au-delà de l’hommage, qu’est-ce qui le motive ? Le désir de retrouver les sensations d’une époque révolue où la voile n’était pas encore devenue ce sport hautement professionnel ? Une époque un peu plus amateure où le plaisir primait sur la compétition et la chasse aux sponsors ?

Un reportage à retrouver en podcast, sur une réalisation de Christian Morerod

A tout à l’heure, 15 heures !

 

Publicités

A propos Gwenaëlle Abolivier

Formée à l’école de Claude Villers, elle présente sur France Inter, pendant près de vingt ans, des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde. « Un ticket pour le transsibérien » , » Le courrier des Marquises « . Plus récemment, elle a écrit des pièces radiophoniques « La nuit en ce jardin », puis se consacre à la littérature de voyage « Heureux qui comme Ulysse » et aux relations épistolaires « Correspondances » ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle « Partir Avec » et « À portée de voix ». Elle continue d’intervenir sur France Inter dans » Interception « , magazine de grands reportages de la rédaction et à la radio suisse RTS. Elle collabore également pour aux revues : Ar Men et Eulalie. Gwenaëlle Abolivier est l’auteure de : -Lettres océanes (Glénat, 2010) – Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde ( À dos d’âne, 2012) – » De Saint-Malo » ( Les petites Allées, 2013 ) – » Ecrire d’amour à 20 ans » ( A dos d’âne, 2014 ) – » Le timbre de l’amitié, lettres de jeunesse » ( A dos d’âne, 2015) – » Tendre est l’écrit » ( A dos d’âne, 2016 ) -Vertige du Transsibérien ( Naïve, avril 2015 ) – » Te souviens-tu de Wei ? » illustré par Zaü ( Hongfei, 2016 ) -« Qui a vu Monsieur Corbu ? » ( Editions Bernard Chauveau, 2016 «
Cet article, publié dans La Route du Rhum, 40 ans, Portrait, Radio, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s