7 minutes et 8 secondes, pour l’éternité d’un Rhum !

Joyeux comme Francis Joyon !

Quel scénario et quel dénouement incroyables dans la moiteur de la nuit tropicale ! Dans un final haletant Francis Joyon, après un dernier virement de bord, coupe la ligne d’arrivée de la 11ème Route du rhum pratiquement sous le nez de François Gabart. Avec seulement 7 minutes et huit secondes, il succède au palmarès à Loïck Peyron.

Bravo à Francis Joyon qui l’emporte en 7j 14h 21’47 », nouveau temps de référence de l’épreuve pour la Reine des Transats  (le précédent était détenu par Loïck Peyron en 7 j 15 h 8′), et devance Gabart de 7′ 8 ». L’écart le plus serré de l’histoire depuis 1978.

Il faut ré-écouter les premières paroles de ce champion : très grande classe ! Le skipper salue François Gabart : « Il aurait mérité cette victoire largement autant que moi, je lui dédie et je dirais même que je partage cette victoire avec lui, on est arrivés ensemble. Je m’apprêtais à le féliciter chaleureusement en pensant que je serais son second, et il a suffi d’un virement de bord  à la bonne seconde pour que ça soit moi qui l’emporte. Il aurait pu tout aussi bien l’emporter, j’aurais été de tout cœur avec lui et je l’aurais félicité le plus chaleureusement possible ».

image-r-640-640

La course n’est pas terminée. On attend les nombreux concurrents en leur soufflant un peu dans le dos ! 

A très vite, sur la RTS-La première dans l’émission A l’Abordage ! 

Publicités

A propos Gwenaëlle Abolivier

Formée à l’école de Claude Villers, elle présente sur France Inter, pendant près de vingt ans, des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde. « Un ticket pour le transsibérien » , » Le courrier des Marquises « . Plus récemment, elle a écrit des pièces radiophoniques « La nuit en ce jardin », puis se consacre à la littérature de voyage « Heureux qui comme Ulysse » et aux relations épistolaires « Correspondances » ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle « Partir Avec » et « À portée de voix ». Elle continue d’intervenir sur France Inter dans » Interception « , magazine de grands reportages de la rédaction et à la radio suisse RTS. Elle collabore également pour aux revues : Ar Men et Eulalie. Gwenaëlle Abolivier est l’auteure de : -Lettres océanes (Glénat, 2010) – Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde ( À dos d’âne, 2012) – » De Saint-Malo » ( Les petites Allées, 2013 ) – » Ecrire d’amour à 20 ans » ( A dos d’âne, 2014 ) – » Le timbre de l’amitié, lettres de jeunesse » ( A dos d’âne, 2015) – » Tendre est l’écrit » ( A dos d’âne, 2016 ) -Vertige du Transsibérien ( Naïve, avril 2015 ) – » Te souviens-tu de Wei ? » illustré par Zaü ( Hongfei, 2016 ) -« Qui a vu Monsieur Corbu ? » ( Editions Bernard Chauveau, 2016 «
Cet article, publié dans La Route du Rhum, 40 ans, Voyage, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s