Gilets de sauvetage, Allain Glykos et Antonin

Gilet de sauvetage_couv.jpg

En septembre 2015, Allain Glykos et son épouse partent quinze jours en vacances, sur l’île grecque de Chio, à huit kilomètres de la côte turque. Bien vite, ils sont rattrapés par l’actualité et le drame migratoire qui se déroulent à nos portes. Ils sont les témoins de l’arrivée des premiers migrants en mer Egée.« Installés dans la torpeur de l’été, que ferons-nous pour eux ? ». A cette question, le roman-graphique « Gilets de sauvetage », qui vient de paraître aux éditions Cambourakis, est une réponse. Plus qu’un carnet de voyage, il s’agit d’un journal de témoignages où les dessins d’Antonin Dubuissson mettent en scène, avec force et talent, les différentes situations vécues par le couple. Quelques photos viennent comme des incrustations pour mieux souligner la réalité. «  Ni rêve ni cauchemar, rien que la pure présence de la réalité », nous dit l’auteur qui a enseigné la philosophie à Bordeaux.

Gilet de sauvetage_INT_1.jpg

Pendant ce séjour, Allain Glykos cherche à en savoir plus sur la Grèce contemporaine en proie à la crise économique. La rencontre avec le gardien du musée byzantin est l’une des plus pertinentes. Selon lui, «  le peuple grec est un peuple clandestin qui a inventé la démocratie, mais aussi la désobéissance » La philosophie infuse tout au long du récit, mais pas seulement.

Gilet de sauvetage_INT_2Le plus touchant est de percevoir le trouble vécu par Allain Glykos : face à l’actualité à laquelle il participe, il est rattrapé par son histoire familiale, celle de son père : Manolis, qui, près d’un siècle plutôt, faisait déjà le même chemin. Chassé par les Turcs lors de la « Grande Catastrophe » de 1922, Manolis rejoint d’abord la Crète avant de s’exiler en France où il s’établira, fondant une famille.
Allain Glykos avait déjà consacré un premier roman-graphique à l’histoire de son père. Avec la même sincérité, il raconte, encore une fois, comme dans un éternel retour, le destin de son aïeul. Histoire qu’il m’avait dite, il y a quinze ans, au micro de France Inter quand nous étions allés ensemble à Héraklion et puis à Vori, en Crête.

Si l’Europe donne peu de réponse à la tragédie migratoire, en se montrant si peu hospitalière ( définition à lire dans le récit ), Allain Glykos est un homme qui cherche à comprendre, mais plus encore, il agit. En septembre 2015, il tend la main à une famille de Syriens qui fuit en quête d’une vie meilleure. Cette fois-ci, il s’est approché encore plus des gestes qui sauvent, ceux vécus par son père. « Suis-je des leurs, moi qui porte comme un fardeau le voyage sans retour de mon père. »

Gilet de sauvetage_INT_3.jpg

Il faut lire  » Gilets de sauvetage »  qui nous dit combien la douleur de l’exil ne s’efface pas. Elle circule  pour longtemps entre les générations. Comme la langue de nos pères.

 

Publicités

A propos Gwenaëlle Abolivier

Formée à l’école de Claude Villers, elle présente sur France Inter, pendant près de vingt ans, des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde. « Un ticket pour le transsibérien » , » Le courrier des Marquises « . Plus récemment, elle a écrit des pièces radiophoniques « La nuit en ce jardin », puis se consacre à la littérature de voyage « Heureux qui comme Ulysse » et aux relations épistolaires « Correspondances » ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle « Partir Avec » et « À portée de voix ». Elle continue d’intervenir sur France Inter dans » Interception « , magazine de grands reportages de la rédaction et à la radio suisse RTS. Elle collabore également pour aux revues : Ar Men et Eulalie. Gwenaëlle Abolivier est l’auteure de : -Lettres océanes (Glénat, 2010) – Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde ( À dos d’âne, 2012) – » De Saint-Malo » ( Les petites Allées, 2013 ) – » Ecrire d’amour à 20 ans » ( A dos d’âne, 2014 ) – » Le timbre de l’amitié, lettres de jeunesse » ( A dos d’âne, 2015) – » Tendre est l’écrit » ( A dos d’âne, 2016 ) -Vertige du Transsibérien ( Naïve, avril 2015 ) – » Te souviens-tu de Wei ? » illustré par Zaü ( Hongfei, 2016 ) -« Qui a vu Monsieur Corbu ? » ( Editions Bernard Chauveau, 2016 «
Cet article, publié dans Coup de coeur, Ma petite librairie, Nouvelles parutions, Radio, Voyage, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s