Sens Averse, Valérie Rouzeau

Dans Sens Averse ,  Valérie Rouzeau
nous dit :

« La poésie est une monnaie en quelque sorte
Quelle idée drôle d’idée
La poésie de la monnaie »

I23615Je croyais que la poésie était ce qu’il y avait de plus gratuit, sans idée de retour, sans idée de menue monnaie.
Alors, je poursuis ma lecture et m’aperçois que cette auteure qui «  a beaucoup fait l’enfant » ( nous dit-elle ) nous promène dans tous les sens et surtout en « sens averse » ( c’est le titre de son dernier recueil ) .

Comme les nanoparticules de dioxyde des bonbons colorés, on circule de page en page.  Et tourne le disque pendant que la Terre tourne
Que de jeux de mots où percent une grande mélancolie
pour celle qui a des bleus à l’âme.
Valérie Rouzeau réussit à nous faire sourire
avec des poèmes ancrés dans notre époque
d’happy technologies
de supermarchés discount
de selfie et autres écrans plats
Et sur un petit air de TSF Jazz
tout le grand bestiaire du monde est convoqué.

Valérie Rouzeau retient un peu du temps perdu de l’enfance et on se revoit dans la cours de récrée…  Une partie de billes contre un poème ? What a good deal !

Si la musique, la poésie, l’amour, sauvent de tout, alors il est urgent de la lire !

 

Publicités

A propos Gwenaëlle Abolivier

Formée à l’école de Claude Villers, elle présente sur France Inter, pendant près de vingt ans, des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde. « Un ticket pour le transsibérien » , » Le courrier des Marquises « . Plus récemment, elle a écrit des pièces radiophoniques « La nuit en ce jardin », puis se consacre à la littérature de voyage « Heureux qui comme Ulysse » et aux relations épistolaires « Correspondances » ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle « Partir Avec » et « À portée de voix ». Elle continue d’intervenir sur France Inter dans » Interception « , magazine de grands reportages de la rédaction et à la radio suisse RTS. Elle collabore également pour aux revues : Ar Men et Eulalie. Gwenaëlle Abolivier est l’auteure de : -Lettres océanes (Glénat, 2010) – Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde ( À dos d’âne, 2012) – » De Saint-Malo » ( Les petites Allées, 2013 ) – » Ecrire d’amour à 20 ans » ( A dos d’âne, 2014 ) – » Le timbre de l’amitié, lettres de jeunesse » ( A dos d’âne, 2015) – » Tendre est l’écrit » ( A dos d’âne, 2016 ) -Vertige du Transsibérien ( Naïve, avril 2015 ) – » Te souviens-tu de Wei ? » illustré par Zaü ( Hongfei, 2016 ) -« Qui a vu Monsieur Corbu ? » ( Editions Bernard Chauveau, 2016 «
Cet article, publié dans Coup de coeur, Ma petite librairie, Nouvelles parutions, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s