André François, l’imagination graphique

Jeudi soir dernier, a eu lieu le vernissage de l’exposition que la prestigieuse Ecole Estienne consacre à l’artiste de renommée internationale : André François.

C’est Janine Kotwica qui en est à l’initiative, en duo avec Camille Scalabre, professeur.
Deux commissaires, donc, pour une exposition ( dédiée à l’éditeur Robert Delpire, disparu en septembre ) qui se tient jusqu’ au 15 février, 18 boulevard Auguste Blanqui, Paris 13 ème arrondissement.

26756917_1832449720100434_1448263458861637034_o

Ce soir là, étaient présents les enfants de l’artiste : Katherine Kemmet et Pierre Farkas, ainsi que de nombreux étudiant(e) s et illustrateurs talentueux comme Georges Lemoine, Zaü, Henri Galeron, pour ne citer qu’eux.

26239873_678068559249910_3438634644899893288_n

On ne présente plus Janine Kotwica, critique spécialisée dans l’illustration et les arts graphiques, qui est à l’origine du Centre André François, créé en 2010 à Margny -les- Compiègne. Là, se tiendra également, à partir du mois de mars, une rétrospective de celui qui tient une place considérable dans le monde des Arts.

André François est né en Roumanie en 1915. Sa carrière fut fulgurante et son talent multiple. Pas étonnant qu’un autre tout grand : Tomi Ungerer soit si admiratif de son oeuvre qui  a marqué les arts visuels du XXème siècle, aussi bien dans les domaines de l’illustration que de l’affiche.

D’une très grande liberté, André François a su donner une nouvelle dimension à l’imagination graphique. Un univers à découvrir absolument !

26240359_1536355673107775_1512002686909905740_o

 

 

 

Publicités

A propos Gwenaëlle Abolivier

Formée à l’école de Claude Villers, elle présente sur France Inter, pendant près de vingt ans, des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde. « Un ticket pour le transsibérien » , » Le courrier des Marquises « . Plus récemment, elle a écrit des pièces radiophoniques « La nuit en ce jardin », puis se consacre à la littérature de voyage « Heureux qui comme Ulysse » et aux relations épistolaires « Correspondances » ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle « Partir Avec » et « À portée de voix ». Elle continue d’intervenir sur France Inter dans » Interception « , magazine de grands reportages de la rédaction et à la radio suisse RTS. Elle collabore également pour aux revues : Ar Men et Eulalie. Gwenaëlle Abolivier est l’auteure de : -Lettres océanes (Glénat, 2010) – Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde ( À dos d’âne, 2012) – » De Saint-Malo » ( Les petites Allées, 2013 ) – » Ecrire d’amour à 20 ans » ( A dos d’âne, 2014 ) – » Le timbre de l’amitié, lettres de jeunesse » ( A dos d’âne, 2015) – » Tendre est l’écrit » ( A dos d’âne, 2016 ) -Vertige du Transsibérien ( Naïve, avril 2015 ) – » Te souviens-tu de Wei ? » illustré par Zaü ( Hongfei, 2016 ) -« Qui a vu Monsieur Corbu ? » ( Editions Bernard Chauveau, 2016 «
Cet article, publié dans Cirque, littérature de jeunesse, Rencontre et signature, Voyage, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s