Des âmes simples

« Des âmes simples », paru aux Editions des Equateurs, est un livre à contre-pied de notre époque qui aime tant ce qui brille : les réussites fulgurantes et les meilleurs profils  car l’auteur nous le dit «  ce qui repousse les caméras, l’attire » . Il faut dire que débuter avec le récit d’un suicide, donne le ton. Et nous voilà au bout de la France,  au coeur des Hautes-Pyrénées, perchés au monastère de Sarrance là où vit un homme, quasiment seul, en vigie sur la vallée d’Aspe, celle de l’ours.

DESAMESSIMPLES

Le temps d’un hiver, l’auteur  Pierre Adrian, va s’installer pour écouter la vallée et marcher aux côtés de  Pierre, frère prémontré et curé depuis 50 ans. Il va tenter de sonder l’inconnu et trouver des réponses auprès de «  ce guide de l’intérieur » aux grands gestes calmes  et à la parole silencieuse.  Protecteur des âmes simples,  cet homme s’est voué tout entier au monastère où il accueille les plus fragiles, les oubliés, les mal-aimés, les vagabonds, des prisonniers en réinsertion. Dans cette fraternité, tout le monde , dans l’enceinte de ce monastère, a sa place : marginaux et utopistes, rêveurs à la Kerouac , vagabonds aux pieds nus.

Grâce à Pierre Adrian, jeune auteur ( né en 1991) nous entendons leurs voix et nous découvrons leurs parcours nous renvoyant aussi à la part la plus chaotique de nous-même. Au pays de Francis Jammes, on regarde aussi circuler les nuages comme des zeppelins, s’enfoncer dans la montagne les orbes du rail ; on s’interroge sur le naufrage de la gare de Canfranc, la plus grande gare d´Europe après Leipzig, et les dégâts sur l’écosystème des stations de sports d’hiver.

Dans ce récit en clair-obscur, on navigue à la marge du monde entre la lumière de ce curé dévoué qui, même si  » les églises se vident et les personnes n’ont plus la foi »   » donne crédit aux hommes jusqu’au bout car nul n’est à l’abri d’être sauvé  » ,  et la vision plus noire et désespérée de l’auteur. Entre les murs du monastère, dans l’écoulement  d’une  vie rustique, on touche à l’éternité et on imagine la montagne qui « prend du poids sous la neige ».  D’un bout à l’autre du récit, on sent toute la douleur et la violence contenues «  l’existence est une foire » nous dit le jeune auteur qui se confie sur un deuil vécu, à peine sorti de l’enfance.

Et si finalement la réponse était là aussi dans l’espérance et la lumière que peuvent apporter les mots et la littérature ?  Magnifique !

 

Publicités
Cet article, publié dans Coup de coeur, Ma petite librairie, Nouvelles parutions, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Des âmes simples

  1. pasquier dit :

    Je suis conquise et ai très envie de découvrir ce jeune auteur. D’autant que je reviens du monastère bénédictin de Landevennec au bout du monde dans la presqu’ïle de Crozon, où l’on croise en effet des hommes et femmes au parcours atypique, souvent en marge de tout.. Merci Gwenaëlle

    • Landévennec sur les méandres de l’Aulne est un site remarquable que j’ai revu l’été dernier avec beaucoup de plaisir.
       » Des âmes simples » est un récit qui mérite vraiment d’être découvert ! Merci Anne-Yvonne pour votre témoignage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s