Histoire du lion Personne

Si dans l’Odyssée Ulysse se cache derrière Personne et rend aveugle le Cyclope, on peut se demander qui se trouve dernière le personnage du lion Personne dépeint par Stéphane Audeguy, dans son dernier roman paru en août dernier, au Seuil dans la collection Fiction & Cie. L’auteur campe son récit à la charnière entre le siècle des Lumières et la Révolution française, sondant les heures sombres de notre Histoire où règne encore les grandes Compagnies coloniales et plane «  l’odeur atroce de l’esclavage ».
Alors avec le jeune Yacine, on traverse l’Afrique où des «  hommes meurent comme des chiens » et où « la peur pousse la masse des hommes vers la religion ».

 

133178_couverture_hres_0

On pense que les choses n’ont pas beaucoup changé et on respire le parfums de la savane après les grandes pluies, on croise des girafes tachetées et des éléphants à l’appétit colossal. On se roule dans les herbes sèches et on se réveille sous un arbre à saucisses ! Là, on rencontre un lionceau, gros comme une boule de poils et on poursuit toujours avec Yacine vers la liberté et jusqu’à l’endroit de sa seconde naissance : la cité cosmopolite de Saint-Louis du Sénégal.

Ce récit d’une écriture classique et d’un style limpide, est clairement inspiré par la mythologie grecque et bientôt, Personne  se trouve un nouvel ami : le petit chien Hercule. Alors, on pense un temps à Candide de Voltaire, mais on se rend bien vite compte que Stéphane Audeguy est beaucoup moins optimiste que Voltaire. Il serait même un brin fataliste… ! « Si les lions parlaient, nous ne pourrions les comprendre. Ou du moins pas davantage que nous ne comprenons les hommes. »
Personne est donc un lion un tantinet bobo qui dort au chaud sur des tapis persans et mange son comptant de viande grasse. Autant dire qu’il a tout perdu de son instinct de survie. L’auteur ne nous dit pas si cet animal, qui dans notre esprit de lecteur, reste le Roi des animaux, a perdu de sa liberté aux contacts des humains  car qu’est-ce un animal sauvage domestiqué ? N’est-ce pas là aussi pour ce dernier qui vit loin des lois de sa propre jungle, une forme d’asservissement ?

Nous sommes donc en pleine période de la Terreur avec son lot d’exécutions et des têtes qui roulent.  Que va-t-il advenir de nos personnages qui bientôt traversent l’Atlantique pour arriver en Europe et à la ménagerie du jardin de Versailles ? On tremble pour Personne en se disant que sa belle crinière princière ne pourra que déplaire au tribunal autoritaire de l’époque. Sous la plume de l’auteur, nos animaux sont si humanisés que l’on irait jusqu’à sonder leurs opinions politiques ! Mais attention, pendant cette période même des Républicains comme Camille Desmoulins y ont également laissé leur tête ! Enfin, le récit s’achève «  alors que Bonaparte, avait changé de nom comme seul un démon sait le faire. Il s’appelait désormais Napoléon et avait rétabli l’esclavage, qu’on n’avait d’ailleurs pas cessé de pratiquer. »

Sale temps pour les lions !

Ps / Sauf pour les Indomptables du Cameroun !

lion

Advertisements
Cet article, publié dans Coup de coeur, Ma petite librairie, Voyage, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s