Michel Butor ou la poésie généralisée

J’aimais son côté inclassable et libre, son allure débonnaire et généreuse, ses yeux rieurs et bien sûr ses mots-voyageurs. Ce poète curieux de tout disait : « écrire, c‘est détruire les barrières ».

En septembre dernier, j’avais eu le grand plaisir d’échanger avec Michel Butor quand il était venu, à la bibliothèque Saint-Corneille de Compiègne, parler du langage et de sa production phénoménale de livres d’artistes qu’il menait en complicité avec des peintres, des photographes  et des calligraphes.

P1490993 (1)

Nous avions alors convenu de nous revoir dans ses montagnes, mais une Modification de son Emploi du temps … en a  décidé autrement…

Un grand merci à celui qui nous incitait à rester toujours en éveil !

Publicités

A propos Gwenaëlle Abolivier

Formée à l’école de Claude Villers, elle présente sur France Inter, pendant près de vingt ans, des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde. « Un ticket pour le transsibérien » , » Le courrier des Marquises « . Plus récemment, elle a écrit des pièces radiophoniques « La nuit en ce jardin », puis se consacre à la littérature de voyage « Heureux qui comme Ulysse » et aux relations épistolaires « Correspondances » ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle « Partir Avec » et « À portée de voix ». Elle continue d’intervenir sur France Inter dans » Interception « , magazine de grands reportages de la rédaction et à la radio suisse RTS. Elle collabore également pour aux revues : Ar Men et Eulalie. Gwenaëlle Abolivier est l’auteure de : -Lettres océanes (Glénat, 2010) – Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde ( À dos d’âne, 2012) – » De Saint-Malo » ( Les petites Allées, 2013 ) – » Ecrire d’amour à 20 ans » ( A dos d’âne, 2014 ) – » Le timbre de l’amitié, lettres de jeunesse » ( A dos d’âne, 2015) – » Tendre est l’écrit » ( A dos d’âne, 2016 ) -Vertige du Transsibérien ( Naïve, avril 2015 ) – » Te souviens-tu de Wei ? » illustré par Zaü ( Hongfei, 2016 ) -« Qui a vu Monsieur Corbu ? » ( Editions Bernard Chauveau, 2016 «
Cet article, publié dans Coup de coeur, Portrait, Rencontre et signature, Voyage, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Michel Butor ou la poésie généralisée

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s