Tendre est l’écrit, en librairie.

Avis aux amoureux des prêts-à-poster et des longs-courriers, le troisième volume de la trilogie dédiée à la correspondance de jeunesse, vient de paraître aux Editions A dos d’âne.  Après Ecrire d’amour à 20 ans et Le timbre de l’amitié, je consacre ce recueil de lettres aux relations familiales dans ce qu’elles ont d’unique et de fort, accompagnées parfois de désaccords et de tensions.

9782919372553

La tendresse se lit tout d’abord dans les lettres d’enfance : cartes postales que le poète Victor Segalen écrit à son jeune garçon ; courriers de vacances qu’Ernest Hemingway envoie à son père et à son grand-père, ceux emplis de complicité  que Francis Scott Fitzgerald, l’auteur de Gasby le Magnifique, adresse à Scottie, sa fille unique. Toutes ces lettres, qui plongent leurs racines dans la jeunesse et l’adolescence, permettent d’en savoir plus sur le contexte qui détermine aussi, en partie, une trajectoire. Elles en donnent la coloration.

J’ai aussi, à travers cette sélection de courriers intimes, souhaité porter un éclairage particulier sur la parole des femmes, dans l’engagement et la lutte pour l’affirmation d’elle-même, à travers leur choix de vie et leur parcours. Ces lettres sont en partie le portrait de femmes admirables. Elles racontent comment Françoise Dolto va se construire contre sa mère. Marie Curie, incarnant la recherche désintéressée, échangera avec ses filles une correspondance quasi-quotidienne. Parmi les lettres les plus bouleversantes figurent celles de jeunes femmes qui sont des exemples de courage et d’audace. Sophie Scholl, membre du réseau de Résistance «  La Rose Blanche » adresse à son frère Hans et à ses parents, pendant la Seconde Guerre mondiale, des lettres d’une force et d’une beauté d’exception. Ils ont à peine vingt ans et oseront dire non aux idées fascistes, distribuant des tracts pour alerter et réveiller les consciences. Ils seront dénoncés et condamnés à mort. Sophie et Hans Scholl, à travers ces lettres d’engagement et de rébellion, incarnent ce qu’il peut y avoir de sublime dans la jeunesse. De la même façon, Simone Weil est une jeune femme extraordinaire, philosophe de formation et syndicaliste, dont la vie sera un combat qu’elle éprouve jusque dans son corps. ( … )   Suite de la préface à découvrir…

En vous souhaitant une bonne lecture,

Editions A dos d’âne

 

Publicités
Cet article, publié dans Coup de coeur, Nouvelles parutions, Rencontre et signature, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s