Tous chez Madame de Sévigné !

Chers tous, Amoureux des longs-courriers et des billets doux,

Je vous écris ce petit mot pour vous donner rendez-vous samedi 4 juillet à 16 heures au Festival de Grignan,  le rendez-vous des inconditionnels de la lettre, de l’écriture et de la lecture. Je suis invitée pour vous parler de mon goût pour ce genre littéraire. Lors de cette édition, le thème retenu est  la jeunesse  » Avoir 20 ans », ce qui tombe bien puisque j’explore, depuis quelques années maintenant, cette thématique, faisant l’objet de publications régulières ;    Ecrire d’amour à 20 ans  et Le Timbre de l’amitié, aux éditions Ados d’âne. En 2016, paraitra le dernier volet de cette trilogie, avec un focus particulier porté  aux lettres familiales.

  1ere de couv EA9782919372379 - copie

Certains connaissent déjà mon intérêt pour le genre épistolaire. Sur France Inter, j’ai présenté l’émission Correspondances où j’ai  lu, des étés durant, des lettres d’artistes, de voyage, de résistance, d’engagement, des lettres de guerre, mais aussi de liberté. J’avais prolongé ce travail par la publication de ma première anthologie : Lettres océanes parues chez Glénat en 2009.

J’aime la correspondance pour la part d’intimité qu’elle offre. Dans une lettre, même dans une carte postale ou un court billet, on y met de soi, on y laisse une empreinte. En tous les cas, on y dépose beaucoup plus qu’un peu d’encre ! Loin du regard indiscret, on pénètre dans les coulisses d’une vie.

Pensez- y car  le papier imprime, le papier respire !

Dans la cité natale de Madame de Sévigné,  je vous lirai également un extrait du Vertige du Transsibérien, paru chez Naïve, où je raconte sous la forme d’une grande lettre d’amour adressée à Cendrars et à l’être aimé, mon grand voyage ferroviaire qui me mène jusqu’au Pacifique !

A samedi !

affich grignan15Couverture Vertige du Transsibérien

 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Coup de coeur, Nouvelles parutions, Rencontre et signature, Voyage, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Tous chez Madame de Sévigné !

  1. Ah! les « lettres de la dame » que l’on se transmettait sous le préau, en récréation, quand j’étais en CM2!…

  2. Pour Madame de Sévigné, l’expression de son amour à sa fille était accompagnée de la peur persistante « ne pas être aimée en retour ». Cette crainte est aujourd’hui toujours partagée par ceux qui aiment. Sans doute cela participe-t-il à l’intérêt que son œuvre suscite toujours aujourd’hui.
    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s