Chère Florence,

Lors de la première route du Rhum, je n’avais pas encore 10 ans, et j’étais venue arpenter les pontons à Saint-Malo, voir vos grands bateaux taillés pour la course, avant qu’ils ne s’élancent dans les flots et les alizés. Rêves de régate, de grand large, d’îles sous le vent, de parfums d’ailleurs, de tours du monde, à la voile bien sûr ! Je cherchais vos visages plein de soleil et d’embruns, le tien en particulier, toi qui incarnait la femme libre et indépendante, l’aventurière des mers, celle que l’on avait envie de suivre et de devenir. Adolescente, je suis revenue, aux éditions suivantes, aussi.

Cette photo, un peu floue, date de 1990, quand vos prototypes toujours plus gigantesques, ne pouvaient déjà plus entrer dans mon appareil photo ! Mais, le rêve et l’envie continuaient, eux, de s’imprimer dans mon esprit.

Numériser 2

Je me souviens encore du départ de la course avec  ton Trimaran Pierre 1er, éclatant de mille feux dans les rayons du soleil, passant comme une comète au large du cap Fréhel ! Cette année là, en remportant la Route du Rhum, tu nous montrais qu’une autre voie était possible, qu’il fallait oser s’imposer dans un monde plus masculin, défier les conventions et aller au bout de ses rêves. Quelques années plus tard,  en 2008, j’étais venue vers toi aux Etonnants Voyageurs : je finalisais mon anthologie « Lettres Océanes » ; en mai prochain, alors que je présenterai mon récit sur le Transsibérien, je serais venue te saluer toi qui allait présenter ton quatrième livre :  Cette nuit, la mer est noire

Aujourd’hui, il n’y a pas que la photo qui est floue, mon regard aussi quand je repense à toi, à Camille, Alexis et aux autres… étoiles accrochées au firmament.

J’arpenterai encore longtemps le port de Saint-Malo, en ayant une pensée pour toi, Florence, grande dame, femme libre qui chérissait la mer. Immense respect.

10848611_10155817374620355_1513312625076658236_o

 

Publicités
Cet article, publié dans Etonnants Voyageurs, Portrait, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Chère Florence,

  1. Delaunay dit :

    FILLES DE LA MER VOUS ËTES BELLES ET VOTRE ESPRIT EST GRAND ET BEAU LUI AUSSI
    Adieu FLO ALEXIS CAMILLE
    ET UNE IMMENSE PENSEE POUR LES PAUVRES PARENTS…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s