Effroi et tristesse

Après le drame de Kidal, me reviennent en boucle les images de désert, les paroles sèches saisies lors de mes reportages dans ces mêmes lieux, ce froid dans le dos déjà à l’époque ressenti. Etaient perceptibles les signes avant-coureurs de cette zone qui plongeait, chaque jour, un peu plus dans l’obscurantisme et le chaos. Ce soir, en ce jour de mort,  je pense aux familles de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon.

3507378_3_b772_ghislaine-dupont-et-claude-verlon-envoyes_dd3f657b26a817591a6a0062cae76600

Publicités
Cet article a été publié dans Portrait. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s