La tache noire de Felix Vallotton

Félix Vallotton est un peintre et graveur né à Lausanne en 1865, mort en 1925 à Paris. Il a accompli l’essentiel de son œuvre en France où il s’installe dès 1882. Il est assimilé au groupe des Nabis, aux côtés de Pierre Bonnard, d’Edouard Vuillard et Maurice Denis.

J’ai adoré ses paysages parfois japonisants,  ses grands aplats de couleurs vives, ses ombres portées, comme celles qui apparaissent sur « La grève blanche de Vasouy « . Il y a quelque chose de cinématographique dans son regard.

photo-72

J’ai également adoré ses gravures sur bois stylisées. Entre 1891 et 1901, Vallotton a exécuté un peu plus de 120 xylographies. Elles se veulent des chroniques de la vie de ses contemporains où, sous un certain humour, se dissimule une véritable critique sociale : manifestations de rue, scènes de vie bourgeoise. En 1915-1916, il y aura aussi ses xylographies C’est la guerre !

Dans ce travail, on y perçoit la tension et l’effervescence, le plein et le vide, la ligne incisive. L’artiste développe un style fondé sur  » l’éloquence du noir  » qui progressivement dévore de plus en plus le blanc. Thadée Natanson en 1899 définit ce phénomène comme l’illustration de  » la violence tragique d’une tache noire « .

Et puis il y a cette xylographie qui appartient à la BnF, réalisée en 1894.

edgar

Edgar Poe dont j’avais visité la maison dans le Bronx, pour l’émission  » Au détour du monde  » sur France Inter. Résonne encore la voix de l’homme qui m’avait lu le superbe poème Annabel Lee :


It was many and many a year ago
In a kingdom by the sea
That a maiden there lived, whom you may know
By the name of Annabel Lee
And this maiden she lived with no other thought
Than to love and be loved by me.
I was a child and she was a child
In this kingdom by the sea
But we loved with a love that was more than love
I and my Annabel Lee
With a love that winged seraphs in Heaven
Coveted her and me

This was the reason that, long ago
In this kingdom by the sea
The winds blew out of a cloud, chilling
My beautiful Annabel Lee
So that her highborn kinsmen came
And bore her away from me,
To shut her up in a sepulchre
In this kingdom by the sea

The Angels, not half so happy in Heaven,
Went envying her and me
Yes! That was the reason (as all men know
In this kingdom by the sea)
That the wind came out of a cloud by night
Chilling and killing my Annabel Lee.

But our love, it was stronger by far than the love
Of those who were older than we,
Of many far wiser than we
And neither the Angels in Heaven above
Nor the demons down under the sea
Can ever dissever my soul from the soul
Of the beautiful Annabel Lee.

For the moon never beams without bringing me dreams
Of the beautiful Annabel Lee
And the stars never rise, but I feel the bright eyes
Of my beautiful Annabel Lee.
And so, all the nighttide, I lie down by the side
Of my darling! My darling, my life and my bride.
In her sepulchre, there by the sea,
In her tomb, by the side of the sea.

A ne pas rater : Félix Vallotton   » Le feu sous la glace » : une rétrospective qui se tient au Grand Palais, jusqu’au 20 janvier 2014.

Publicités
Cet article a été publié dans Coup de coeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s