« L’île de l’île » à Ouessant

Amis festivaliers et blogueurs,

Amis des îles et de la littérature,

En ce samedi 17 août,  c’est cours de rattrapage et de remise à niveau au Salon international de la littérature insulaire ! En une demi-journée et une seule, nous avons appris  grâce à la passionnante conférence du professeur  J.Michel Racault ce qu’est  » le mythe insulaire « . Belle entrée en matière pour mieux appréhender la thématique de cette quinzième édition :  l’île de l’île , rappelant que l’île peut-être certes imaginaire, mais aussi sous-marine ou céleste, enveloppée de mystères et de fantasmes, peuplée de personnages que l’on croise nulle par ailleurs !

photo (12)

Aujourd’hui à Ouessant, on a mis les points sur les  » I » !

«  Plus lentement !  »  Deuxième temps fort : la dictée insulaire conçue par Jean-Pierre Péoc’h, membre depuis deux ans « des fêlés de l’orthographe » et inconditionnel de Bernard Pivot !

photo (13)

Vous étiez nombreux, adeptes du Bescherelle et du Petit Larousse,  à vous creuser les méninges  à l’ombre « des filaos » , studieusement assis  » sur  la natte de pandanus au bord du lagon où s’ébattent des balistes , des poissons-chirurgiens au redoutable scalpel caudal… » Bravo à Solange qui n’a fait que trois fautes et demi, tandis que certains, dont Jean-Claude ( toujours le même et bientôt en kilt ! ),  ont battu leur record d’ une bonne dizaine de fôtes !

photo (14)

Troisième temps fort de la journée : la lecture performée  » Ca va aller » de Clarence Boulay  scénographe et plasticienne qui conçoit des décors pour les musées et les théâtres. En s’appuyant sur cette formation, elle en vient à s’intéresser à l’île en tant qu’espace distancié. En mars 2011, elle part sur la  lointaine île de  Tristan da Cunha qu’elle touche après sept jours de mer depuis le Cap de Bonne Espérance ( Afrique du Sud ). Après plusieurs mois  sur place, la jeune femme largement inspirée par la poétesse Sophia de Mello Breyner Andersen,  s’interroge sur les notions « d’ici » et « d’ailleurs ».  » Qu’est-ce que l’ailleurs pour un ilien ?  »

photo (15)

Son dispositif technique : un ordinateur, une caméra et des objets qu’elle met en scène comme des marionnettes, sa voix posée avec élégance sur son récit de voyage.

« Comment se construit cette notion des lointains ?  » Pourquoi dit-on qu’il ne se passe rien quelque part ? ». Et quand le hors-cadre apparait dans le champ de vision, elle décide de créer cette lecture performée où dans les creux et les vides, elle fait  apparaitre  tout un univers.

« Et si le tout naissait à partir de rien ? »

photo (16)

Cet après-midi avec Clarence Boulay,  la mer est apparue comme l’écrin d’une l’île et le voyage maritime vers l’île désirée s’est révélé un espace hors-du-temps, un trait d’union  suspendu faisant partie intégrante de l’île.

Voyez comme il s’en passe des choses sur Ouessant, la magie plane ici, le rêve aussi !

Et ce n’est que le début !

A demain ! En allant chercher le journal et les croissants, les talentueux crieurs de rue de la compagnie l’ART DERAILLE auront l’occasion de vous donner de plus amples  informations sur  le programme de dimanche au salon ! Bonne nuit îlienne !

http://www.livre-insulaire.fr/

 

Publicités
Cet article a été publié dans Salon du livre de Ouessant. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s