André François au cirque !

Connaissez-vous le magnifique livre  » Lettre des îles Baladar  » ?

baladar

ou encore les « Larmes de Crocodile » , « Little Boy Brown », « Tom et Tabby » ?

product_9782070610747_244x0

Dans ce cas, vous êtes particulièrement sensibles au regard décalé,  plein d’humour et de dérision,  que portait André François sur la vie en général et ses contemporains en particulier. Cet artiste,  élève de Cassandre, est considéré comme l’un des plus grands affichistes et illustrateur du XX ème siècle.

Il a illustré certains livres de Jacques Prévert de Jarry, Raymond Queneau ou encore Boris Vian. Dans le domaine de la presse, il a signé des campagnes publicitaires et a collaboré régulièrement au New Yorker.

Je  vous en parle car,  jusqu’au 4 mai, le  Centre André François créé en 2011 à la Médiathèque Jean-Moulin de Margny-lès-Compiègne, accueille une exposition inédite consacré à « André François et le cirque » ! C’est Janine Kotwica, la commissaire de cette exposition à ne pas rater !

kotwica-enfantina-andre-francois-11

Depuis son enfance à Timisoara, André François a toujours été fasciné par le cirque, sans doute en souvenir d’un oncle paternel aventureux devenu directeur du Cirque de Moscou.

Les arts de la piste l’ont abondamment inspiré et sont représentés dans ses oeuvres à tous les âges de sa longue vie. Le clown, en particulier, est un personnage récurrent de ses images : mélancolique et goguenard à la fois, il lui ressemble étonnamment, comme une sorte de double fraternel.

 » André François Circus « ,  c’est entrée libre à Margny-les-Compiègne jusqu’au 4 mai.

Publicités

A propos Gwenaëlle Abolivier

Formée à l’école de Claude Villers, elle présente sur France Inter, pendant près de vingt ans, des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde. « Un ticket pour le transsibérien » , » Le courrier des Marquises « . Plus récemment, elle a écrit des pièces radiophoniques « La nuit en ce jardin », puis se consacre à la littérature de voyage « Heureux qui comme Ulysse » et aux relations épistolaires « Correspondances » ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle « Partir Avec » et « À portée de voix ». Elle continue d’intervenir sur France Inter dans » Interception « , magazine de grands reportages de la rédaction et à la radio suisse RTS. Elle collabore également pour aux revues : Ar Men et Eulalie. Gwenaëlle Abolivier est l’auteure de : -Lettres océanes (Glénat, 2010) – Alexandra David-Néel, une exploratrice sur le toit du monde ( À dos d’âne, 2012) – » De Saint-Malo » ( Les petites Allées, 2013 ) – » Ecrire d’amour à 20 ans » ( A dos d’âne, 2014 ) – » Le timbre de l’amitié, lettres de jeunesse » ( A dos d’âne, 2015) – » Tendre est l’écrit » ( A dos d’âne, 2016 ) -Vertige du Transsibérien ( Naïve, avril 2015 ) – » Te souviens-tu de Wei ? » illustré par Zaü ( Hongfei, 2016 ) -« Qui a vu Monsieur Corbu ? » ( Editions Bernard Chauveau, 2016 «
Cet article a été publié dans Cirque. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s